ROBERT OU LAROUSSE ?

  

 

 

Le Larousse est un dictionnaire encyclopédique c’est-à-dire qu’il parle des choses. C’est pour cela qu’il comporte des illustrations (photos, dessins, schémas). Il consiste à donner les premiers éléments de connaissance sur un maximum de sujets ou de notions. Seconde caractéristique : il est plus facile d’accès, familial, plutôt orienté vers la vie courante en se limitant aux sens les plus fréquents d’un mot et aux explications de base. Il est aussi plus adapté pour être feuilleté un peu au hasard.

 

Le Robert est un dictionnaire de langue c’est-à-dire qu’il parle des mots. Il sera donc plus précis pour détailler les différents sens d’un vocable et ses constructions possibles dans une phrase. Par exemple, la définition du verbe « commencer » indique la différence de sens entre « commencer à » (se mettre à faire quelque chose) et « commencer par » (faire une chose pour pouvoir en faire une autre après).

C’est ce qui permet d’écrire avec plus de précision, avec l’aide de deux autres caractéristiques : des phrases d’écrivains pour comprendre comment le mot s’utilise dans un contexte précis et des renvois analogiques : pour la plupart des mots, ce dictionnaire propose d’aller en voir d’autres, très proches, pour comprendre la différence et choisir le bon. C’est ce qui permet de progresser vers plus de précision à l'écrit.

Mais il permet aussi de mieux lire les textes, en particulier littéraires, de mieux comprendre le mot et ses effets, en précisant l’époque où il s’utilisait ou bien son registre. Par exemple, dans la toute dernière phrase de l’Ile mystérieuse de Jules Verne, le narrateur rappelle que les naufragés étaient arrivés sur l’île « pauvres et nus ». Contresens possible... mais le petit Robert permet de faire la différence entre quelques emplois courants de « nu » (« être tout nu » / « tête nue » / « appareil vendu nu » = sans accessoires, etc.) et le sens littéraire qui se trouve ici (devenu très rare aujourd’hui) : « mal vêtu, misérable ».

 

Dernière différence entre les deux dictionnaires : le Larousse peut servir de référence sociale, de norme car il est plutôt conservateur : il a tendance à éviter certains mots (par exemple argotiques ou utilisés uniquement en Belgique) ; alors que le Robert est seulement descriptif : il propose tous les mots utilisés (sauf s’ils ne sont pas durables) en précisant dans quel cadre ils sont employés, pour que chacun puisse faire ses choix à partir d'une information scientifique et non d'une norme linguistique ou sociale apauvrissant le langage.

 

Une lecture s'impose à ce sujet, celle d'un ouvrage d'Alain Rey : L'amour du français contre les puristes et autres censeurs de la langue (Denoël, 2007).

 

 

 

Une version électronique sur CD-Rom existe, avec une utilisation forcément différente de la version papier mais elle présente des attraits supplémentaires : la possibilité de modifier la présentation pour plus de visibilité ou en ne faisant apparaître qu'une partie d'une définition (plan, exemples...), la possibilité d'obtenir un tableau de conjugaison pour n'importe quel verbe avec un seul clic, une recherche de tous les mots ayant une racine étymologique commune (par exemple pour aqua : eau, aquarium, évier...), ce que ne permettrait pas l'utilisation du livre.

 

 

 

 

 

Un agrégé

de lettres

à votre écoute

 

Cours particuliers de français (littérature et FLE) par Skype, par téléphone ou à Besançon. Conseils pour l'écriture